Faut-il renoncer aussi à la fausse fourrure ?

fauxfur

© animalter

 

Si la vraie fourrure est polémique à juste titre, la fausse fourrure compte aussi son lot de détracteurs. Des extrémistes ? Pas si sûr... Il semblerait bien que leurs arguments soient fondés. Explications.

 

Tout le monde, sauf désordre psychique, s'accorde à dire qu'abattre un animal pour lui piquer sa fourrure est absolument insupportable. Mais qu'en est-il de la fausse fourrure ? Ça ne fait de mal à personne, nous direz-vous. En effet, la fourrure synthétique, plus éthique et écologique que la véritable fourrure (1), ne fait souffrir aucun animal.

Mais alors, où est le problème ?

Le problème est indirect. Il ne vient pas de la fausse fourrure en elle-même mais des conséquences qui vont découler de la banalisation de cette matière portée par des centaines de milliers de personnes. En effet, s'afficher avec de la fausse fourrure encourage inconsciemment l'idée que la mode « poils de bête » est tendance. Les personnes qui ne sont pas du tout sensibilisées à la problématique des capuches en fourrure, et qui aiment suivre la tendance, vont donc aller acheter leur veste à capuche.

Et là, c'est le drame !

Vu les prix, souvent compris entre 25€ et 150€, il est pour beaucoup inimaginable que ce soit de la vraie fourrure, celle-ci étant automatiquement associée à quelque chose de cher. Sauf que ce n'est plus vrai. Actuellement, la fourrure animale se trouve à chaque coin de rue à partir de 50€ pour les manteaux et 25€ pour les gilets. C'est ainsi que ces personnes, sans le vouloir, vont cautionner la fourrure animale et s'en mordre les doigts une fois qu'elles s'en rendront compte. La fourrure n'est définitivement plus un luxe (2).

Le poil légitime le poil

Par ailleurs, il faut aussi considérer l'idée qu'une personne qui souhaite porter de la vraie fourrure peut se sentir d'autant plus légitimée que les porteurs de fourrure (animale ou synthétique) sont nombreux.

Au final, pas besoin de poils pour avoir du style !

Dans un monde où la fourrure animale serait interdite, la fausse fourrure ne poserait aucun problème (3). Mais aujourd'hui, nous devons tout faire pour lutter contre la véritable fourrure. Aussi, ne pas encourager la mode « poils de bête » peut permettre, à grande échelle, d'étouffer cette industrie morbide. Nous invitons les personnes sincèrement sensibles à la cause animale à réfléchir à cette réalité.

 

Références

(1) Études en 2011 et 2013

(2) De la fourrure pas chère, comment c'est possible ? Avec cette mode des capuches, l'industrie de la fourrure en a profité pour réinvestir le marché en se positionnant sur le secteur. La demande est telle que les prix ont chuté à vitesse grand V.

(3) Nous mettons au défi ceux qui, dans la seconde, vont répliquer que c'est tout de même une « vilaine matière à base de plastique polluant », de ne plus acheter de vêtements en polyester, viscose ou autre polyamide ;)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Suivez-
nous !

 

fbMode Sans
Fourrure

 

fbAnimalter

tw